vendredi 16 février 2018

Maman avant tout...

Je suis une maman avant tout.
Être une maman c'est de loin le plus beau rôle de ma vie, mais c'est aussi le plus difficile.
C'est aimer tellement fort.
C'est s'inquiéter 24 heures sur 24 pour mon poupou et ma poupoune.


Être une maman c'est prendre soin d'eux quand ils sont malade.
C'est dormir des nuits courtes.
C'est parfois des nuits blanches, bref c'est dormir moins.
C'est être fatigué à la fin de la journée et être couché parfois à 9h le soir.

Je suis une maman avant tout.
Être une maman, c'est souhaiter partir une fin de semaine, mais s'ennuyer terriblement.
C'est penser à eux tout le temps.

Être une maman, c'est vouloir les protéger de tout.
C'est d'avoir peur qu'il leur arrive quelque chose ou qu'une personne leur fasse du mal un jour.
C'est vouloir donner ma vie pour eux, pour qu'il soit en sécurité.

Je suis une maman avant tout. Je m'oublie souvent pour mes amours.
Être une maman, c'est manquer de temps pour soi.
C'est avoir peu de temps pour me coiffer, me maquiller ou pour m'entraîner.
C'est douter de soi, douter de mon rôle de maman.

Être une maman, c'est aussi culpabiliser sans arrêt.
C'est se demander constamment si on fait les choses correctement.
C'est avoir une maison qui n'est pas toujours "spick and span".

Je suis une maman avant tout.
Être une maman, c'est un privilège.
C'est le miracle de la vie que nous portons, chérissons.
C'est un défi, une responsabilité tellement grande.

Je suis une maman avant tout.
J'ai parfois de la difficulté à me souvenir la fille que j'étais avant d'être maman.
Mais être une maman, c'est ma plus belle réalisation de femmes.
Mes enfants sont ma plus grande fierté et ma raison de me lever chaque matin.

mercredi 14 février 2018

Le riz de mon enfance

Cette recette me rappelle très certainement mon enfance. Je ne l'avais pas cuisiner depuis que je suis parti de la maison. Tout le monde à adoré ici et il nous en a resté assez de restant pour les lunchs, ce qui est très pratique. J'aime aussi le fait que le tout se cuisine dans un seul chaudron, ce qui réduit la quantité de vaisselle. La recette nécessite peu d'étape de préparation et est très facile à réaliser. 


INGRÉDIENTS:

  • 2 c. à soupe (30 ml) d’huile d'olive
  • 1 lb (450 g) de bœuf haché
  • 1 oignon jaune, émincé
  • 1 zucchini coupé en dés
  • 1 branche de céleri, en petits dés
  • 1 carotte coupé en deux et en tronçons.
  • 2 gousses d’ail, hachées
  • 1 boîte (19 oz / 540 ml) de tomates, en dés
  • 1 ½ tasse (375 ml) de riz basmati
  • 1 tasse (250 ml) de bouillon de légumes
  • ¼ tasse (60 ml) de sauce soya
  • Sel et poivre du moulin, au goût.
PRÉPARATION
  1. Dans une grande poêle antiadhésive, à feu élevé, verser l’huile et faire cuire les légumes jusqu’à ce qu’il commence à être translucide. Ajouter le bœuf, et poursuivre la cuisson 8 minutes.
  2. Verser les tomates, le riz, le bouillon et la sauce soya. Porter à ébullition, puis baisser à feu doux et laisser cuire à couvert 20 minutes. Saler et poivrer, au goût.

vendredi 2 février 2018

Oser

Définitivement mon mot de l'année!

Je n'aime pas trop prendre des résolutions en début d'année, de toute façon je les tient rarement plus de deux semaines. J'aime mieux me lancer des défis. Un défi pour continuer de travailler sur moi et pour me permettre d'évoluer.

Oser parce que je suis plus du genre conservatrice. Je suis plutôt bien dans mes pantoufles. Je dirais même que j'ai la raison facile. J'en ai toujours une de prête pour expliquer mon inaction.



Oser pour me laisser porter par le courant, pour voir ce que la vie me réserve. Aussi pour me sortir de ma zone de confort. J'ai conscience que je me bloque parfois par mes peurs, mais déjà de le conscientiser m'aide à me bouger les fesses... Je veux être capable d'oser pour ne pas accepter le statu quo d'une situation que je veux changer. 

En 2018, je veux me mettre (un peu) en danger. Je trouve que j'ai le confort facile. Je n'aime pas trop me mettre en danger de peur de ne pas être à la hauteur.

Oser pour me garder en vie.
Oser pour me garder focus sur ce que je veux vraiment.

Trop souvent j'attend et bien cette année je veux oser passer à l'action pour changer, grandir, évoluer tant sur le plan professionnel que personnel.

lundi 29 janvier 2018

L’œuf qui rebondit

Mon grand aime bien faire des expériences. En fin de semaine, à travers les pratiques de hockey et tout le reste, nous avons fait l'expérience de l’œuf qui rebondit. Le défi de la fin de semaine : faire rebondir un œuf … À première vue, on a plutôt l’impression que c’est débile. Will m'a dit comment on va faire ça, l’œuf va se casser... Et bien non, l’astuce, c’est de plonger l’œuf dans du vinaigre. En mettant l’œuf dans le vinaigre, j'ai demandé à Will s'il croyait que l’œuf allait rester intact. Son hypothèse était que l'oeuf deviendrait comme un œuf à la coque! Pas fou puisque l’œuf allait passer beaucoup de temps dans le vinaigre.

Matériel:
  • un œuf cru
  • un contenant transparant
  • du vinaigre blanc
L'expérience étape par étape:

  1. Déposer l'oeuf dans le contenant transparent.
  2. Remplissez le contenant de vinaigre blanc et laissez tremper pendant 24h.
  3. Observez l’évolution de l’œuf : très vite, la coquille se recouvre de plein de petites bulles de CO2. Après 12h, Will remarque qu'il y a de la mousse sur le dessus du vinaigre et que l'apparence de l’œuf commence à changer graduellement.
  4. Le dimanche soir, nous avons retirez l’œuf du verre et j'ai demandé à Will de laisser tomber l’œuf dans l'évier d'une hauteur de 3 ou 4 cm. On dirait que l’œuf est en caoutchouc.
  5. C’est parce que l’acide du vinaigre a dissout le calcium qui rend la coquille dure.
  6. Attention de ne pas faire rebondir l’œuf trop haut, puisque l'intérieur de l’œuf est encore liquide. Will en a eu la surprise de constater que l’œuf s'est détruit dans l'évier et que finalement l'intérieur de l’œuf n'était pas cuit comme un œuf à la coque!

Astuces: Pour que l’expérience soit plus évidente pour les jeunes enfants, vous pouvez comparer en plongeant un autre œuf dans de l’eau.


mardi 23 janvier 2018

Voler en éclats

"J'ai éclater en sanglots. 
J'ai un faible pour cette expression.
On n'éclate jamais de faim ou de froid.
En revanche on éclate de rire ou en sanglots.
Il est des sentiments qui justifient qu'on vole en éclats." Albert Espinosa

Éclater en sanglots, parce qu'il m'arrive de me décourager devant les responsabilités.
À cause du poids du stress sur mes épaules.
Parce que souvent ma tête joue au ping pong devant les décisions à prendre.

Éclater en sanglots, parce que parfois c'est la seule réaction possible.
Trop de doutes, de remise en questions,
Trop de déceptions, de trahisons
Trop de départs de gens qu'on aimes profondément.


Éclater en sanglots, parce qu'il y a de moments où je me sens dépassé par les événements.
Toujours à la course,
Des nuits trop courte,
Pas assez de temps dans une journée.

Éclater en sanglots, parce que parfois je me sens seule.
Parce que oui je connais beaucoup de gens,
Mais peu sont présents quand plus rien ne fait de sens.

Éclater en sanglots au creux de la tempête.
Quand je ne sais plus à qui me confier
Quand la seule solution qui m'apparaît est de laisser aller le trop plein de larmes.

Éclater en sanglots pour pleurer un bon coup.
Nettoyer l'intérieur du mauvais qui nous habite.
Pour nous permettre de voir plus clair,
Pour continuer son chemin.

Éclater en sanglots c'est aussi se pardonner.
Se donner le droit d'avoir des moments plus difficiles.
C'est se permettre de faire le point.
C'est accepter ce qui est,
C'est être dans l'émotion du moment.

mardi 16 janvier 2018

Cari de lentilles et de courge à la mijoteuse

Ce plat végétarien est vraiment très savoureux.  C'est un classique indien revu par Ricardo. Fait à partir de deux types de lentilles, ce cari offre beaucoup de texture et une grande richesse grâce aux épices qui se mêlent les unes aux autres durant la cuisson. Petit conseil : ne mélangez pas les ingrédients la veille, parce que vous pourriez avoir de petites surprises avec le lait de coco. Celui-ci tend à se séparer sous l’effet de l’acidité des tomates.  Par contre, ce plat ne demande pas beaucoup de temps de préparation, vous pouvez couper la courge et l'oignon la veille et mélanger le reste des ingrédients le matin même et vous aurez un repas prêt pour le souper. Une cuisson de 6h à basse température, vous pouvez laisser sur le mode réchaud 8h sans problème.

Ingrédients:


  • 3 tasses de bouillon de légumes
  • 1 boîte de 398 ml (14 oz) de tomates en dés
  • 1 boîte de 398 ml (14 oz) de lait de coco
  • 1 tasse de lentilles vertes, rincées et égouttées
  • 1/2 tasse de lentilles rouges, rincées et égouttées
  • 2 tasses de courge Butternut, pelée, épépinée et coupée en dés
  • 1 oignon, haché
  • 1 piment jalapeno, épépiné et haché
  • 1 c. à thé de poudre de chili
  • 1/4 c. à thé de cumin moulu
  • 1/4 c. à thé de coriandre moulue
  • (1/4 c. à thé de curcuma moulu
  • Sel et poivre
Préparation:
  1. Dans la mijoteuse, mélanger tous les ingrédients. Saler et poivrer. Couvrir et cuire à basse température  6 heures. On peut maintenir à réchaud  jusqu’à 8 heures. Servir avec du pain naan.

mardi 9 janvier 2018

Chaudrée de dinde

Voici une belle soupe repas onctueuse et absolument délicieuse parfait pour passer le restant de dinde du temps des fêtes. Cette crème est une création de mon chum qui aime bien s'amuser à créer des plats avec le restant de la dinde. L'année passée, il avait usé de créativité en récupérant les restes de dinde en pâté:
vraiment excellent.

Comme nous venons tout juste de déménager, l'idée était aussi de renflouer les réserves pour l'hiver. Cette soupe repas est donc une des choses que mon chum a cuisiné durant les semaines de congés.  Facile à préparer, c'est la soupe par excellence pour les grands froids de l'hiver abitibien.

Ingrédients:
  • 3 cannes de crème de céleri (284 ml);
  • 3 cannes de crème de champignons (284 ml);
  • 1 canne de macédoine de légumes (540 ml);
  • 1 canne de maïs en grains (341 ml);
  • 1 canne de concentré de bouillon de poulet (284 ml);
  • 1 tasse de lait;
  • 4 tasses de dinde déjà cuite.
Préparation

  1. Mélanger tous les ingrédients dans un grand chaudron et porter à ébullition.
  2. Couvrir et laisser mijoter pendant 1 heure à feux doux en remuant de temps à autre.
  3. Servir avec du pain frais.
Je vous l'avait dit qu'elle était facile à préparer. Création de mon amoureux.